SARAWAK

Les reserves naturelles

Mulu Nat. Park

Site inscrit à l'UNESCO, le Parc National de Gunung Mulu est une destination nature extraordinaire.

 

L'un de ses attraits principaux est le nombre impressionnant de ses grottes que tu rejoins à travers la jungle ou à bord d'une pirogue. "Lang Cave" est doté de magnifiques stalactites et stalagmites, "Deer Cave" est la maison de millions de chauve-souris qui offrent un spectacle impressionnant au crépuscule en s'envolant en nuages noir, "Wind Cave" est traversé d'une douce brise jusqu'à la chambre du roi aux airs de cathédrale et "Clearwater Cave" est traversé par une rivière souterraine dont la roche faconnée par l'érosion est très finement détaillée. Quatre grottes parmi tant d'autres, offrant toutes un spectacle particulier.

 

Mais tu peux aussi t'essayer à un parcours de 480 mètres de long suspendu à la cime d'arbres centenaires, te baigner dans l'eau claire de la rivière, déambuler dans le jardin botanique et bien plus encore...

 

Y aller : En avion depuis Kuching, avec une escale obligatoire à Miri.

Bako Nat. Park

Situé sur une presqu'ile de la mer de Chine, le Parc National de Bako est un véritable havre de paix : foret tropicale extraordinaire ou la vie sauvage est abondante, ruisseaux, cascades, plantes exotiques variées, plages lovées au creux de baies protégées par de hautes falaises offrant des vues à couper le souffle, formations rocheuses émergeants de la mer... Et pour découvrir cet écosystème d'exception, un large réseau de chemins balisés pour la randonnée.

 

La faune y est tout aussi variée, avec entre autres des macaques à queues longues, varans, cochons sauvages, plus de 150 espèces d'oiseaux... Tu auras peut-etre la chance d'apercevoir les fameux singes nasiques, rendus célèbres par Hergé qui en évoqua un dans Tintin Vol 714 pour Sydney. C'est l'endroit idéal pour observer cette espèce menacée endémique de Bornéo dans son habitat naturel.

 

Y aller : A 45min de route de Kuching jusqu'au village de pécheurs de Bako, puis en bateau à travers la mangrove d'abord puis en longeant la cote. 

Semenggoh

Tu as toujours revé de voir des orangs outans ? Tu es sur la bonne page ! L'"Homme de la foret", en francais, peut etre observé à différents endroits de Borneo, en liberté totale ou "semi-liberté".

 

Etablit en 1975, le centre de réhabilitation de Semenggoh est aujourd'hui une réserve naturelle. Les singes y vivent à l'état semi-sauvage (à 99%) dépendant de leur degré de réhabilitation. Visiter cette réserve est une opportunité formidable pour en apprendre davantage sur le destin tragique de ce grand mammifère, menacé d'extinction.

 

A 10h et 15h tu pourras assister à une séance de nourrissage par les rangers du parc. Bien qu'ils soient communs dans cette réserve, il n'est pas garanti de pouvoir observer les singes. Cela veut dire qu'ils ont trouvé assez à manger dans la foret, et c'est le but du centre.

 

Y aller : A 30 min en voiture de Kuching.


Le Rainforest World Music Festival

C'est l'un des plus gros festivals de music du Monde. Pendant trois jours de folie, il réunit sur la même scène des musiciens de renommée mondiale provenant de tous les continents et des musiciens autochtones des intérieurs de l'île mythique de Bornéo.

 

Créé en 1998 dans la jungle de l’état du Sarawak, ça n’était alors qu'un  rassemblement de 300 personnes. Depuis lors, le nombre de festivaliers augmente chaque année, pour atteindre le chiffre record de 20,000 personnes !

Où ?               A 45 min de Kuching, capitale de l’état du Sarawak, se trouve le Sarawak Cultural Village : plus de 6 hectares de jungle ou des "longhouses", maisons traditionnelles des tribus de Bornéo sont disséminées. Ouvert toute l’année aux touristes, le village change d'aspect pour le festival et les maisons longues accueillent des workshops : dance, cours de musique, peinture, séances de tatouages...

Qui ?          En 2018 j'ai découvert de super artistes comme Dona Onete (Bresil), Arat Kilo Mamani Keita et Mike Ladd (France, Mali et USA), Guo Gan et Aly Keita (Chine et Cote d'Ivoire), Balkanopolis (Serbie), Djeli Moussa Conde (Guinee), Yallah Bye (Tunisie), 24 Drums (Sarawak).... Et tellement d'autres artistes venus des quatre coins du Monde : Philippines, Russie, Comores, Inde, Chili, Corée... Une explosion de bonne musique !

Et le dernier soir c’était la finale de la coupe du Monde (France - Croatie), on a fait la fête avec tous les artistes français c’était la folie !

Quand ?         Du 12 au 14 Juillet 2019. Tu ne pourras prendre tes billets qu'à partir de Mai. Patience !

Combien ?     En 2018 le pass trois jours coûtait 290 MYR (soit 60 EUR). Si tu prends tes billets au plus tôt, les offres Early Bird sont très intéressantes !   Pour réserver : http://rwmf.net/

Vivre dans une tribu (les coupeurs de têtes)

Pour ça, il faut quitter Kuching pour un fabuleux périple de 6h à travers la région du Sarawak : c’est un enchaînement de rizières, plantations de caoutchouc, poivre et cacao, denrées typiques de la région, mais aussi forêts tropicales luxuriantes, rivières tumultueuses et chaines de montagnes… Je ne m’en lasse pas.

Arrivé à la jetée de Batang Ai, nous embarquons à bord d’une pirogue à moteur pour traverser le lac. Sur les rives j’aperçois déjà des rizières et « longhouses », maisons longues traditionnelles des tribus Iban, les coupeurs de têtes ! Brrrrr

 

Nous débarquons devant l’une d’elles et sommes chaleureusement accueillis par ses habitants. Certains ont des tatouages sur la gorge, et mon amie (native de cette même tribu) me glisse « c’est le signe qu’ils ont coupé une tête ! ». Gloups… Avant d’entrer, nous devons tous boire du vin de riz, alcool local, en criant « oooooooh ahhhh !! » pour intimider les ennemis : c’est le rite. Un peu plus effrayant que notre « tchin tchin » !!

 

La maison est longue d’une centaine de mètres. Faites de bric et de broc, tôle et bois, elle accueille 14 familles. 

Chacune d’elles a sa propre pièce qui fait office de chambre à coucher, cuisine, en plus d’un recoin pour la toilette. La journée tout le monde se rejoint dans la partie avant de la longhouses, en véritable communauté.

 

Ils ne parlent pas anglais, ils ne parlent pas malais (que je ne maitrise moi-même pas très bien) … ils parlent Iban. Heureusement mon amie peut faire la traduction pendant que nous cuisinons tous ensemble, a même le sol. Ils vivent de la chasse, la pêche, l’artisanat : fabrication de tapis, paniers, objets en bois… et surtout : la tradition de couper des têtes n’est plus d’actualité depuis l’ère de la colonisation britannique ! Ça me taraudait…

 

Le lendemain, c’est avec un jeune de la famille que nous partons en randonnée. Armé d’un « pahang » (machette), il nous fait gouter les plantes comestibles et nous montre celles qui sont médicinales. Mon amie fait toujours la traduction… A travers une jungle inexplorée, il se fraye un chemin a l’aide de sa machette. Nous finissons dans la rivière ou ils ont construit des ponts en bois, plus praticable pour les anciens. Nous rejoignons le reste de la famille qui a cuisiné du riz au poulet cuit dans des bambous, au feu de bois. Je me régale !

 

Bilan : Super incursion, accueil parfait, dépaysement assuré ! GENIAL

 


Commentaires: 0