Bienvenu à toi,

 

C'est en parcourant les nombreux blogs et sites internet de récits de voyages présents sur la toile que je me suis dit "Et pourquoi pas moi ?", pourtant j'en ai des histoires à raconter, des photos à dévoiler...!

 

Je vais tout d’abord me présenter : Je m'appelle Alice, je suis née en avril 1989 (très bon cru !). J'ai obtenu une licence de Responsable International de Structures de Loisirs, d'Accueil et de Voyages (une longue appellation qu'on pourrait résumer en Tourisme), ai bossé deux ans à produire des voyages pour un Tour Opérateur spécialisé et suis fan de ..... voyages ! Coïncidence ? A toi de voir...

 

D'où me vient ma passion pour les voyages ? Je crois qu'il faut reprendre depuis le début...

 

 

 

 -  A 2 ans, lors de vacances en Corse avec ma famille, des cochons sauvages nous attaquaient mangeant toutes les réserves que nous avions faites pour quelques jours de camping.

 

  

- A 6 ans, j’allais pour la première fois voir ma famille sur l’île de la Réunion et me gavais de letchis, ananas, papayes, mangues, goyaves et autres bananes plantains. Premier bain dans l'Océan Indien, quelle eau chaude et limpide !

 

 - A 11 ans, nous explorions la côte ouest des États-Unis après avoir perdu nos bagages à l'aéroport. Ils étaient partis sur un autre vol ! J'étais jeune mais peux encore sentir la chaleur du désert me bruler les épaules, et le goût des hamburgers envahir ma bouche.

 

- A 12 ans, nous faisions un grand tour en Tunisie avec ma grand-mère qui n'y était pas retourné depuis quarante ans (1961 date de la décolonisation), quel étonnement de la voir parler arabe !!

 

- A 15 ans, nous descendions le Nil (Égypte) sur un paquebot, et visitions les pyramides de Gizeh. Superbe mais si pauvre ! C'est ce voyage qui m'a fait ouvrir les yeux sur la misère qui peut frapper certaines régions du monde...

 

 

 - A 16, 17 et 18 ans j'ai commencé à voyager sans mes parents. Avec des amis, une tente trois places et une grande envie de liberté, nous avons fait le tour de l'Italie trois années consécutives pendant les grandes vacances. En train, de Venise à Naples, Genova à Rimini... Quel pays magnifique!

 

 - A 20 ans, je suis allé à La Réunion pour la seconde fois voir ma famille de mi-créoles. C'est dans les cirques de Mafate et Cilaos que nous avons pu randonner et dans l'océan Indien faire de la plongée et nous émerveiller devant cet aquarium géant. Un vrai bol d'air !

 

 - A 21 ans, je suis partie avec mon sac-à-dos et deux amies dans le sud de l'Europe. En cinq semaines nous avons traversé six pays : Turquie, Grèce, Bulgarie, Serbie, Bosnie, Croatie. En bus d’abord puis très vite en stop. Cela en dormant chez l'habitant grâce à Couchsurfing (réseau d'hospitalité sur Internet), dans ma tente ou à la belle étoile. Ce voyage a été l'une de mes plus belles expériences et m'a permis de découvrir le stop, à mon sens le meilleur moyen de découvrir un pays grâce à ses habitants.

 

  

- A 22 ans, j'ai organisé un circuit au Maroc pour partir avec mes parents. Entre Casablanca, Fès, Meknès et Rabat j'ai pu me rendre compte que le pays est bien plus pauvre que je ne pensais, les bidonvilles jurant avec les villas gardées. 

 - Toujours à 22 ans, avec l'une de mes amies, je suis allée de Paris à Istanbul en stop avec un sac à dos et une tente. Nous avons traversé la France, l'Italie, la Grèce, ses îles et la Turquie en jonglant du début à la fin pour subvenir à nos besoins. Nous avons dormi 50% du temps à la belle étoile et 50% du temps grâce à l'hospitalité des locaux que nous rencontrions. Deux mois et demi de liberté, de rencontres, de stop, de marche, de rires, de pleurs... Bref soixante-quinze jours de joie : 10 000 km à travers l'Europe.

 

Paris - Istanbul, 10 000 km de stop à travers l'Europe...

 - A la suite de notre périple à travers l'Europe, j’ai décidé de prendre une année dite « sabbatique » afin de parcourir une partie du monde. Je suis partie en Malaisie avec une amie, d’où nous avons rejoint la Thaïlande. Le pays traversé avec nos sacs à dos jusqu’en Birmanie, nous sommes revenues à Bangkok pour nous envoler vers l’Australie. C’était la première fois que je mettais les pieds en Asie, et suis tombée sous le charme de la culture et de la gentillesse des gens.

 

De Kuala Lumpur en Thaïlande, un mois au cœur de l'Asie...

  

- A mon 23ème anniversaire j’étais sur la côte est australienne. Après avoir baroudé un mois en Asie, j’ai atterri à Perth, capitale du Western Australia. J’ai ensuite traversé le pays en stop pour rejoindre Melbourne, Sydney puis Brisbane avant d’aller travailler dans un ranch de l’Outback. Parquer les bêtes, monter à cheval, arpenter le désert à moto ou le survoler en hélico, ce mois passé à cinq cent kilomètres de la ville la plus proche à été fabuleux. J’ai adoré ce voyage en Oz, ses habitants souriants, ses animaux diverses et ses paysages magnifiques.

 

L'Australie, six mois sous le tropique du Capricorne...

  - Après être rentré quelques mois en France pour voir ma famille et renflouer les caisses, je suis repartie en direction de l'Asie et de l'Indonésie. Arrivée à Jakarta, j'ai traversé l'île de Java en réalisant l'ascension des volcans Bromo et Idjen avant de rejoindre Bali dont j'ai fait le tour. Tombée sous le charme des habitants, de la nourriture, des paysages et de la culture balinaise, j'étais nostalgique en montant dans l'avion pour l'Australie.

 

L'Indonésie, premiers pas en terre sacrée... (vidéo)

 - Retournée en Australie, j'ai descendu l'aride côte Ouest en stop, de Darwin jusqu'à Perth. Je me suis ensuite posée pour travailler trois mois dans un café, avant de reprendre la route. J'ai découvert le "Red center" puis ai rejoins la côte est pour plonger dans la Grande Barrière de Corail, et redescendre la côte jusqu'à Sydney. J'ai quitté le pays le cœur lourd, après douze mois extraordinaires et plus de 17 000 km de stop. Ce fut une aventure magique !

 

Retour en Australie, côte Ouest, "Red Center" et côte Est...

 - M'arrêter un mois en Indonésie sur le retour vers la France à été comme une évidence. J'y ai retrouvé les senteurs et les sourires, les saveurs et les rires de Bali et des îles Gili. Envieuse d'en voir plus de ce pays tant aimé, j'ai découvert la proche île de Nusa, puis traversé une partie de l'archipel pour rejoindre Flores et observer les dangereux dragons de Komodo. Je repars d'Indo a 24 ans tout juste, une fois de plus ravie, et je sais qu'il me reste encore de nombreuses îles à découvrir !

 

L'Indonésie, autopsie d'un archipel en vidéo (vidéo)

 - Ayant décidé de reprendre les études après deux ans d'aventures de par le monde, j'ai choisi l'Inde pour dernier grand voyage. Pays à part, entre pauvreté et saleté, j'ai arpenté ses routes du nord au sud et ai été envoûtée. Du Rajasthan à la superbe vallée de Parvati, de la ville sainte de Bénarès aux côtes sableuses du Kerala, le pays des couleurs m'en a mis plein la vue. Indescriptible pour qui n'y a pas mis les pieds, l'Inde est un Monde à part entière, mêlant senteurs d'encens et de bouses de vaches sacrées.

 

L'Inde du Nord au Sud, un pays aux mille facettes...

 - Une amie et moi avons décidé de partir quelques jours au Maroc avant les premiers froids parisiens de mon 25ème hiver. N'ayant réservé qu'un billet d'avion aller pour Marrakech et un retour de Rabat, toutes les deux avons vécu au rythme marocain en immersion quasi totale. Dormir chez l'habitant, partager leurs repas, prendre les transports locaux, fêter l'Aïd... Il n'y a pas meilleur moyen de découvrir un pays que par ses habitants.

 

Fourchette et sac à dos au Maroc

 - Anaïs, cette même amie, et moi, sommes parti pour un mois de baroude à travers l'Europe, quatre ans après ma première traversée. A 26 ans je suis retournée jusqu'à Istanbul en stop, par une route différente et à travers certains pays encore jamais foulés : France, Italie, Slovénie, Croatie, Monténégro, Albanie, Grèce, Turquie. Une expérience riche en découvertes, rencontres, sourires, joie et bonne humeur. Des paysages exceptionnels !

 

Versailles - Istanbul en stop, nouvelle traversée (vidéo)

 - À l'aube de mes 28 ans, besoin de changer d'air ou complètement de vie, j'ai decollé vers l'autre bout du monde... Vers une ile au nom evocateur, dont tous les aventuriers revent : Bornéo. On m'y a offert de developper le marché francophone pour une agence de voyage réceptive tres connue, implantée dans 10 pays d'Asie. Quel bonheur de retrouver ce continent ! Entre travail et baroude, j'arpente les routes de mon ile d'accueil, goute aux saveurs locales, apprends la langue... Oui "The land below the wind" a beaucoup a offrir !

 

 Vie d'une expat/explo a Borneo...

 

 - Quelques mois seulement apres mon installation à Borneo, mon travail m'a amené à partir une semaine à Yangon, au Myanmar (Birmanie). J'y ai decouvert un pays que l'on pourrait comparer à l'Inde pour son coté brouillon, pauvre, sal... et tellement authentique ! J'ai plongé la tete la premiere dans un autre monde, qui ne demande qu'à etre exploré au dela de sa capitale. J'y retournerai, c'est une evidence.

 

Huit jours a Yangon

- Apres plus d'un an à Bornéo, il est temps pour moi de rentrer en vacances en France, manger de la "vraie bouffe", voir ma famille et mes amis. Mais je ne serais pas une blogtrotteuse si je n'avais pas prévu une petite escale en route n'est-ce pas ? Pékin ! Un rêve de gosse, celui de voir et même fouler la Grande Muraille... Me voilà donc parti pour 72h en Chine...

 

Quand la Chine t'offre 72h d'escale

- Je quitte mon île pour un weekend à Singapour (à 2h30 de vol de Bornéo seulement). L’idée que je me faisais de cette mégalopole polluée aux innombrables gratte-ciels laisse vite place à la surprise, agréable. Le gouvernement a en effet décidé de faire de cette cité-état plus qu'une ville-jardin, une ville dans un jardin. Pari largement réussi puisque façades végétales, fontaines, parcs fleuris, lacs et canaux ravissent les yeux des locaux et des touristes.

 

48h à Singapour

 Je pense que tu l'as compris, j'aime voyager ! Et j'espère te faire rêver aussi via mes photos et carnets de voyages.

 

Si tu as envie de réagir, dénoncer, réfuter, commenter, approuver, n’hésites pas à me laisser un message. J’y répondrai le plus vite possible !

 

Bon vent !